Reconversion professionnelle sans perte de salaire : quelles sont les aides ? 

Près de la moitié des actifs envisagent ou ont envisagé de changer de métier. Mais, ils sont beaucoup moins nombreux à réellement se lancer dans une réorientation de carrière. En cause principale, la crainte de perdre son niveau de vie en étant notamment obligé de quitter son poste pour se former à un nouveau métier. Pourtant, il existe de nombreux dispositifs, aides et parcours qui permettent de se reconvertir sans perdre sa rémunération. Alors, si vous souhaitez vous réorienter, découvrez toutes les solutions pour bénéficier d’une reconversion professionnelle sans perte de salaire !

Comment faire une reconversion professionnelle en étant rémunéré ?

Pour profiter d’une reconversion professionnelle sans perte de salaire, 2 solutions sont envisageables : bénéficier d’aides et de dispositifs pour conserver sa rémunération ou opter directement pour une formation rémunérée.

Les dispositifs de financement et aides existants 

Le dispositif de financement des formations et reconversions professionnelles le plus connu est le CPF (Compte Personnel de Formation). Il permet de cumuler de 500 € à 800 € chaque année (pour un travail à temps plein). Ces fonds peuvent ensuite servir à financer des cursus professionnalisants. L’autre avantage majeur est qu’en tant que salarié vous pouvez conserver votre rémunération si vous suivez une formation CPF pendant vos heures de travail. Le salaire est alors pris en charge directement par l’employeur ou par l’OPCA dans le cadre du PTP (Projet de Transition Professionnelle)

Le PTP parfois aussi appelé CPF de transition remplace le CIF (Congé Individuel de Formation). Il permet au salarié de bénéficier d’une rémunération égale à un pourcentage de son salaire moyen de référence (salaires perçus au cours des 12 mois) sur toute la durée de sa formation. Le temps passé en cours est assimilé à du temps de travail et permet de conserver ses congés payés, primes et autres avantages du statut salarié (couverture maladie, mutuelle employeur, accident du travail, etc.).

 À lire aussi : comment trouver une formation éligible au CPF

Si vous souhaitez suivre votre formation CPF en dehors de vos heures de travail, cela n’a pas d’impact sur votre contrat. Vous conservez automatiquement votre salaire pendant votre reconversion professionnelle.

En revanche, si le cursus que vous choisissez n’est pas éligible au financement CPF, vous risquez de perdre votre rémunération. Pour garder une source de revenus pendant votre réorientation, il faudra alors opter pour des formations rémunérées.

Les formations rémunérées

Les formations rémunérées permettent de faire une reconversion professionnelle tout en percevant un revenu. Pour trouver ce type de cursus vous pouvez regarder du côté des :

  • formations proposées par Pôle emploi dans les secteurs qui peinent à recruter ;
  • formations et VAE offertes par l’AFPA (Association Nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes) ;
  • catalogues de cours et certifications des GRETA, des établissements en lien avec l’Éducation nationale et qui proposent des parcours rémunérés pour adultes ;
  • des cours en alternance via les contrats de professionnalisation et le dispositif Pro-A.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le contrat de professionnalisation n’est pas réservé aux étudiants. Il est accessible aux personnes de 16 à 25 ans, mais aussi aux demandeurs d’emploi et bénéficiaires de minima sociaux, sans limite d’âge. Ce type de contrat représente donc une alternative avantageuse pour poursuivre une reconversion professionnelle tout en étant rémunéré. Il permet de conjuguer formation théorique et stage pratique au sein de l’entreprise et peut prendre la forme d’un CDD ou d’un CDI avec une rémunération minimale (fixée en pourcentage du SMIC ou du minimum conventionnel).

Depuis 2019, les salariés peuvent aussi bénéficier de l’alternance pour leur réorientation professionnelle grâce au dispositif Pro-A. La prise en charge de la formation est alors assurée par l’opérateur de compétences dont dépend l’entreprise. Lorsque les cours se déroulent sur le temps de travail, l’employeur maintient la rémunération de son salarié. Enfin, l’apprenant bénéficie d’un tuteur au sein de sa propre entreprise. Les règles et la durée applicables sont celles du contrat de professionnalisation, à la différence que le salarié perçoit l’intégralité de son salaire pendant sa reconversion.

Découvrez en plus sur la promotion par l’alternance avec le dispositif Pro-A

Comment réussir sa reconversion professionnelle sans perte de salaire ?

Plusieurs aides et dispositifs permettent donc de faire une reconversion professionnelle sans perte de salaire. Toutefois, pour y avoir droit il faut respecter certaines conditions et procédures. Voici les étapes clés pour réussir votre projet de reconversion professionnelle.

Étape 1 : Faire un bilan de compétences

L’étape primordiale de tout projet de reconversion professionnelle est le bilan de compétences. Il vous permet de faire le point sur votre carrière, vos motivations, vos atouts et de définir la réorientation et la formation adaptée pour vous. Il est généralement réalisé avec un consultant extérieur à l’entreprise et alterne des temps d’entretien et de réflexion personnelle.

Ce bilan de compétences peut être envisagé à l’initiative de l’employeur. Il est dans ce cas intégré au plan de formation et pris en charge par l’entreprise. Le salarié peut alors réaliser l’entretien pendant son temps de travail.

S’il est à l’initiative du salarié, le bilan peut être pris en charge soit par l’employeur soit par un organisme financeur comme le Fongecif ou l’OPCA.

 À lire aussi : comment faire un bilan de compétences ?

Étape 2 : Valider son projet de formation

Une fois le bilan de compétences réalisé, votre projet de reconversion professionnelle doit normalement être plus clair et délimité. La deuxième étape est alors de faire valider la formation vous permettant de réussir votre réorientation.

Les dossiers et conditions d’admission et de financement vont bien sûr varier selon le type de formation et le dispositif que vous utilisez (CPF, fonds personnels, etc).

Pour utiliser votre CPF dans le cadre d’une reconversion professionnelle sans perte de salaire, vous devez créer un dossier de formation depuis votre espace personnel sur le site moncompteformation.gouv.fr. Après avoir sélectionné votre formation, vous aurez à remplir un formulaire en ligne en renseignant notamment les informations relatives à l’école ou au parcours choisi (date, lieu, identité de l’organisme de formation et coût).

Pour les formations non éligibles au CPF, vous trouverez généralement les conditions d’admission et de financement sur les sites de chaque école et institut spécialisés. 

Dans le cadre d’une alternance, vous aurez à rechercher une entreprise d’accueil exactement comme dans le cadre d’une offre d’emploi. Les procédures de recrutement sont généralement les mêmes (lettre de motivation et CV). Vous aurez également des entretiens pour expliquer au recruteur votre projet de reconversion, vos motivations et les compétences déjà acquises.

Étape 3 : Monter les dossiers de prise en charge

Les demandes de prise en charge et de financement varient également selon le type de formation retenu.

Si votre projet de reconversion professionnelle s’inscrit dans le cadre du PTP, vous devez adresser une demande écrite d’autorisation d’absence à votre employeur (de préférence par lettre recommandée avec accusé de réception).

Ce courrier doit mentionner :

  • l’intitulé, la date de début et la durée de la formation ;
  • l’organisme qui dispense les cours ;
  • la désignation et la date de l’examen de certification.

Pour bénéficier du PTP, vous devez avoir au moins 2 ans d’ancienneté (consécutifs ou non, mais avec 1 an dans la même entreprise). Vous devez également respecter un délai de prévenance en envoyant votre demande au plus tard 120 jours avant le début de la formation (60 jours pour les formations de moins de 6 mois). Enfin, vous devez respecter un délai de franchise d’au minimum 6 mois entre deux demandes de PTP.

Si votre employeur ne finance pas la formation, vous devez envoyer ce dossier auprès d’un organisme financeur comme l’OPCA ou le Fongecif. Les modalités et dossiers d’admission dépendent de chaque institut. Il est donc préférable de contacter directement leur conseiller pour définir le projet de financement adapté à votre situation. La démarche est la même pour les GRETA et AFPA qui demandent des conditions spécifiques pour chaque formation (avec éventuellement des tests et entretiens préalables).

Pour les formations en alternance et professionnalisantes, vous pouvez vous adresser directement à votre institut ou à votre école. Par exemple, chez NextFormation nous vous accompagnons personnellement dans l’élaboration et la mise en place de votre projet de formation. N’hésitez pas à contacter nos conseillers pédagogiques !

Les meilleurs articles

Changer de métier

Comment faire une reconversion professionnelle quand on est en CDI ?

Lire la suite

Changer de métier

Êtes-vous vraiment fait pour être développeur web ?

Lire la suite

Changer de métier

Sortir gagnant d’un licenciement économique grâce à la formation CSP

Lire la suite

Inscrivez vous à la newsletter

Abonnez-vous pour ne rien rater de l'actualité de la reconversion professionnelle.

Je m'inscris

Articles recommandés :

1 min

Changer de métier

Comment faire une reconversion professionnelle quand on est en CDI ?

Lire la suite
1 min

Changer de métier

Êtes-vous vraiment fait pour être développeur web ?

Lire la suite
1 min

Changer de métier

Sortir gagnant d’un licenciement économique grâce à la formation CSP

Lire la suite
Inscription newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

La protection des données nous tient à cœur. Nextformation utilise les informations que vous fournissez afin de vous proposer des informations et du contenu pertinent sur nos produits et services. Vous pouvez vous désinscrire de ce type de communications à tout moment.