CEP : Tout savoir sur le conseil en évolution professionnelle lors d’une démission

Le conseil en évolution professionnelle ou CEP est un service mis en place par l’État. Il permet aux actifs de faire le point sur leur carrière et d’obtenir toutes les informations pour une éventuelle formation, certification, reconversion professionnelle ou création d’entreprise. Mais le CEP est surtout utile en cas de démission pour faire valider un projet professionnel et conserver, sous condition, des droits aux allocations chômage. Pourtant, bien que gratuit, ce service est encore mal connu de la plupart des actifs. C’est pourquoi, dans cet article, nous vous expliquons tout ce qu’il faut savoir sur le conseil en évolution professionnelle lors d’une démission !

Qu’est-ce que le conseil en évolution professionnelle ? 

Le conseil en évolution professionnelle est un service gratuit et disponible auprès de l’APEC, de Pôle emploi, de Cap emploi, des missions locales ou des opérateurs régionaux sélectionnés par France Compétences. Ce conseil prend la forme d’une série d’entretiens et d’ateliers dont les objectifs varient selon la situation du demandeur.

CEP et démission : quels objectifs ?

Dans le cadre d’une démission, le CEP a pour objectif :

  • d’apporter une écoute et un suivi confidentiel et personnalisé ;
  • de permettre au demandeur de prendre du recul sur sa situation et d’identifier ses motivations et priorités ;
  • d’organiser des immersions en entreprise ou des ateliers pour définir une nouvelle orientation professionnelle ;
  • d’apporter des informations précises et adaptées à chaque situation ;
  • de conseiller le demandeur dans la construction de son projet en prenant en compte, le potentiel et les risques ;
  • d’accompagner la personne dans la réalisation concrète de son ou ses objectifs ;
  • de préparer un dossier pour obtenir l’attestation du caractère réel et sérieux du projet professionnel défini.

Ce dernier objectif est déterminant lors d’une démission, car la validation, par une commission, du caractère réel et sérieux du projet fait partie des conditions permettant aux salariés démissionnaires d’avoir droit aux allocations chômage.

Qu’est-ce qu’un projet réel et sérieux ?

Le caractère réel et sérieux d’un projet professionnel est évalué par une commission paritaire professionnelle qui se base sur un texte réglementaire (arrêté du 23 octobre 2019). 

Pour obtenir cette attestation, le salarié qui souhaite démissionner doit :

  • exposer clairement les éléments motivant une reconversion, une création ou une reprise d’entreprise ;
  • témoigner de la réalité et du sérieux de la démarche ;
  • démontrer la cohérence et la pertinence du métier envisagé ;
  • décrire sa future activité ou celle de son entreprise ;
  • lister les compétences qu’il a déjà acquises et qui serviront à la concrétisation de son projet ;
  • décrire les formations qu’il a déjà suivies et celles qui sont prévues (contenu, modalités, organisme) ;
  • fournir une analyse globale du marché (offres d’emplois, concurrence, clientèle pour une création d’entreprise, etc.) ;
  • réaliser, dans le cadre d’une création ou reprise d’entreprises, un plan de financement et une analyse de la viabilité financière du projet ;
  • décrire les moyens déjà mis en place (aides financières obtenues, réseaux, partenariat, etc.).

Le montage de ce dossier est donc plutôt complexe et nécessite un accompagnement. De plus, avant de quitter son poste, le salarié démissionnaire doit impérativement demander à bénéficier d’un CEP pour obtenir la validation de son projet. Cette condition est indispensable pour pouvoir éventuellement conserver son droit à l’allocation chômage pendant sa reconversion.

À lire aussi : Comment financer sa formation professionnelle ?

Comment bénéficier du CEP ?

Pour bénéficier du CEP lors d’une démission, plusieurs étapes sont à respecter. Il faut d’abord identifier l’organisme compétent selon sa situation, prendre rendez-vous, assister aux différents entretiens et ateliers puis demander éventuellement les aides associées.

Comment trouver un conseiller en formation ?

Les organismes qui dispensent le dispositif de CEP varient selon la situation du demandeur. Pour les actifs (même démissionnaires) et les indépendants, les opérateurs régionaux du CEP sont mandatés par France Compétence

Pour les salariés ayant un statut cadre, l’organisme est référent est l’APEC. Les travailleurs en situation de handicap peuvent également s’adresser directement à CAP Emploi. Le CEP est un service de proximité conçu pour être accessible à tous. Le plus simple pour trouver un conseiller est donc de consulter le site gouvernemental : https://mon-cep.org/je-m-informe

Comment prendre rendez-vous avec un CEP ?

Une fois l’organisme compétent identifié, la prise de rendez-vous se fait en ligne, par mail ou téléphone. Les coordonnées des différents centres sont également disponibles sur mon-cep.org.

Pour certaines régions, la prise de rendez-vous est aussi possible directement sur https://www.infocep.fr/. Les rencontres peuvent ensuite avoir lieu en présentiel, en visioconférence ou par téléphone. La fréquence et la durée des rendez-vous dépendent du type d’accompagnement choisi.

Comment se déroule le CEP ?

Le CEP est disponible en 2 niveaux. Le premier correspond à un accueil individualisé et personnalisé. Lors d’une démission reconversion, le CEP peut notamment servir à :

  • analyser la situation personnelle du demandeur ;
  • faire le point sur son environnement professionnel (état du marché, transitions ou évolutions de carrière envisageable, etc.) ;
  • identifier les acteurs compétents pour l’aider ;
  • consulter les démarches disponibles (formations adéquates, certifications, etc.).

À lire aussi : Reconversion pro : pourquoi suivre une formation ?

À la fin de cette première phase, le demandeur peut choisir de poursuivre sa reconversion ou son projet professionnel en autonomie ou opter pour un conseil en évolution professionnelle de niveau 2. Dans ce dernier cas, l’actif bénéficie d’un suivi plus poussé pour concrétiser son projet. Ce niveau est très utilisé en cas démission puisqu’il permet d’établir par exemple des étapes et calendriers prévisionnels ou de cibler davantage les formations et financements adéquates. Ces actions facilitent la reconnaissance du caractère réel et sérieux du projet et donnent la possibilité de disposer d’aides dans les phases de transitions (formations, créations d’entreprise, etc.).

Comment toucher le chômage après une démission ?

La première étape pour toucher l’allocation chômage après une démission est donc de faire attester du caractère réel et sérieux du projet professionnel via le dispositif CEP.

Le salarié démissionnaire doit également : 

  • avoir exercé une activité salariée continue de 5 ans, chez un ou plusieurs employeurs, dans un délai de 60 mois précédant la rupture du contrat de travail ;
  • effectuer la demande de conseil en évolution professionnelle avant la fin de son contrat ;
  • s’inscrire à pôle emploi dans les 6 mois qui suivent la validation du projet.

Ces conditions sont cumulatives. Pôle emploi sera ensuite chargé de contrôler la mise en œuvre réelle du projet professionnel par exemple la poursuite d’actions de certifications ou la création/reprise d’une entreprise. Le statut de demandeur d’emploi indemnisé peut également permettre de bénéficier d’autres aides pour financer sa formation.

À lire aussi : Demandeur d’emploi : comment financer votre formation ? 

(Image d’illustration issue de la campagne Cadreemploi)

Les meilleurs articles

Changer de métier

Envie de bouger ! Oui mais pour changer quoi : de métier ou d’entreprise ?

Lire la suite

Changer de métier

CEP : Tout savoir sur le conseil en évolution professionnelle lors d’une démission

Lire la suite

Changer de métier

Pour s’assurer un avenir pro : choisir un métier de l’informatique

Lire la suite

Inscrivez vous à la newsletter

Abonnez-vous pour ne rien rater de l'actualité de la reconversion professionnelle.

Je m'inscris

Articles recommandés :

3 min

Changer de métier

Envie de bouger ! Oui mais pour changer quoi : de métier ou d’entreprise ?

#changer-de-metier #reconversion #reconversion-professionnelle

Lire la suite
1 min

Changer de métier

Pour s’assurer un avenir pro : choisir un métier de l’informatique

#futur #informatique

Lire la suite
1 min

Changer de métier

Comment faire une reconversion professionnelle quand on est en CDI ?

Lire la suite
Inscription newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

La protection des données nous tient à cœur. Nextformation utilise les informations que vous fournissez afin de vous proposer des informations et du contenu pertinent sur nos produits et services. Vous pouvez vous désinscrire de ce type de communications à tout moment.